ES PARCS ET RÉSERVES NATURELLES DE FRANCE


Avec les périodes de vacances de fin d’année qui approchent, beaucoup de français vont partir sur les routes, qui pour aller à la recherche d’une bonne poudreuse, qui pour revoir sa famille. Pour une grande part de ces vacanciers, le voyage se fera en voiture, et ils auront souvent le loisir de croiser un panneau du style : « Vous entrez dans le Parc Régional du Pays X » ou « Bienvenue dans la Réserve Naturelle Y ». Mais vous êtes –vous déjà demandé à quoi correspondaient ces zones ? Quels sont leurs rôles ? Qu’est-il permis ou interdit d’y faire ? Voici quelques réponses qui vont permettrons peut-être de les aborder d’une façon différente…

QUELLES SONT LEURS MISSIONS ?
En fait, et à première vue, la plupart des gens pensent qu’un parc naturel régional, tout comme la réserve naturelle d’ailleurs, à pour mission la protection d’un environnement naturel local (faune ou flore). C’est bien là une erreur, qui peut être imputée d’ailleurs à l’adjectif « naturel » qui qualifie le parc régional. Leurs missions sont en vérité bien distinctes. Si une réserve naturelle est bien un espace défini, protégeant un patrimoine naturel remarquable par une réglementation adaptée au contexte local, la parc naturel régional à un autre objectif. Les collectivités locales et l’Etat ont mené, depuis 1967, une politique associant la protection du patrimoine et le développement local. Cette politique a pour but de protéger les vastes territoires ruraux spécifiques de chaque région vis à vis de l’expansion urbaine et touristique qui peuvent conduire à la détérioration des paysages façonnés par la nature et les hommes. Il s’agit donc, non pas de protéger un espace naturel mais un espace rural qui englobe les activités humaines (agriculture…). Le parc naturel régional possède ainsi une composante socio-économique qui doit limiter en particulier la désertification des espaces ruraux.Agrandir la photo

QUELS SONT LEURS CHAMPS D’INTERVENTIONS RESPECTIFS ?
La réserve naturelle a pour objet la préservation des espèces animales ou végétales ou d’habitats remarquables en voie de disparition. Ceci passe par une réglementation drastique des activités humaines, voir par leur interdiction quasi totale (construction, routes…). La réserve naturelle peut aussi permettre la reconstitution de populations animales ou végétales ou de leurs habitats, voir la constitution d’étapes sur les grandes voies de migration de la faune sauvage. Elle peut permettre aussi de fournir aux scientifiques un lieu d’étude unique. Enfin, une réserve naturelle s’adresse également à la préservation des sites présentant un intérêt particulier pour l’étude des premières activités humaines.
Le parc naturel régional participe également à la protection du patrimoine naturel (via une gestion adaptée des milieux naturels et des paysages), mais contribue aussi à l’aménagement du territoire (par le contrôle des projets de développement), au développement économique (en soutenant les entreprises respectueuses de l’environnement et qui valorisent les ressources locales), social et culturel local. Il doit notamment assurer l’accueil, l’information et l’éducation du public.

QUI DIRIGE UN PARC RÉGIONAL OU UNE RÉSERVE NATURELLE ?
Chaque réserve naturelle est placée sous le contrôle du Préfet ou du Président du Conseil Régional. Cependant un comité consultatif de gestion est constitué par les principaux partenaires intéressés, c’est à dire l’Etat, les collectivités locales, les propriétaires, les usagés, les associations de défense de l’environnement et les scientifiques. Ce comité se réunit régulièrement pour évaluer la mission de l’organisme gestionnaire de la réserve naturelle qui est le plus souvent une association de protection de la nature, un établissement public (parc national, office national des forêts, de la chasse ou une collectivité locale). Les organismes gestionnaires doivent ainsi assurer l’application de la réglementation en place (notamment grâce à certains agents assermentés de l’Etat), l’évaluation scientifique du patrimoine naturel, la mise en œuvre du plan de gestion écologique nécessaire au maintien du patrimoine en l’état, le contrôle des demandes d’autorisation de travaux ou la gestion financière. Enfin, une mission principale est l’information et l’accueil du public. Chaque année, les réserves naturelles accueillent près de 4 millions de visiteurs.
La création d’un parc naturel régional naturel directement du Conseil Régional. Généralement le projet est élaboré entre les collectivités territoriales (communes, conseils régionaux et généraux, départements). Cette création est ensuite soumise à l’approbation de l’Etat (Ministère de l’Environnement) pour 10 ans renouvelables. Un organisme de gestion (environ 30 personnes) va alors assurer la direction du parc et réaliser le programme défini lors de sa création.Agrandir la photo

QUI FINANCE UN PARC RÉGIONAL OU UNE RÉSERVE NATURELLE ?
Le financement d’une réserve naturelle dépend le plus souvent de l’organisme à l’origine de sa création (l’Etat), mais il est toujours possible de passer des contrats et de mobiliser des crédits auprès de divers partenaires, qu’ils soient publics ou privés.
Le budget de fonctionnement d’un parc régional naturel est alimenté par les participations des membres de son organisation de gestion, complété par une contribution du Ministère de l’Environnement. Le budget de fonctionnement moyen est de l’ordre de 1,5 millions d’euros par an ; alimenté pour 40% par les régions, 30% par les départements et communes, 10% par le ministère, le reste provenant de crédits européens ou de ressources propres.

La France a su se doter de tout un ensemble de structures qui ont permis de sauvegarder notre patrimoine naturel national, mais aussi un savoir faire régional et toute une diversité d’arts de vivre et de paysages. Le réseau des réserves naturelles est ainsi riche de plus de 320 espèces protégées, et préserve par exemple 80% de la population de phoque veau-marin et 25% de celle de bouquetin des Alpes. Les réserves accueillent également la moitié de la population de Puffin des Anglais et la seule colonie de Fous de Bassan. La liste est longue, car on oublie bien souvent que les réserves naturelles préservent aussi 800 millions d’années d’histoire géologique. Pour leur part, les Parcs Naturels régionaux ne sont pas en reste. Des eaux limpides du Queyras en passant par les riants bocages normands, les marais camarguais ou les collines vertes des Vosges, ils ont su conserver les diverses identités régionales. Quand on entend s’approcher à grand pas la lourde masse de la monoculture mondiale, on ne peut que s’inquiéter pour nos pauvres campagnes.
Alors, pensez-y à deux fois lorsque vous croiserez à l’avenir un panneau indiquant : « Vous entrez dans le Parc Naturel Regional du… ».
F.C.

Pour en savoir plus :
http://www.reserves-naturelles.org

Réalisation Naturaconst@ tous droist réservés


Dernière modification de cet article le 06/01/2004 à 21h46