IGRATION DE RETOUR ET REPRODUCTION ACTIVE CHEZ LES OISEAUX MIGRATEURS.


La réglementation européenne et nationale sur la protection de la nature porte une attention particulière à la période de reproduction des oiseaux. A ce titre, un des champs d´investigation est de savoir si les oiseaux en cours de migration de retour vers leurs sites de nidification sont en reproduction active, c´est-à-dire capables de fécondation. Chez les oiseaux migrateurs, la période de reproduction est généralement courte. Ils doivent donc pouvoir nicher le plus tôt possible lorsqu´ils arrivent sur les aires de nidification. De ce fait, chez certaines espèces, la copulation peut s´effectuer pendant la migration. Des comportements copulatoires pendant la phase de migration ont surtout été observés chez les passereaux. En revanche, on peut s´interroger si cette stratégie est générale chez l´ensemble des migrateurs et quelle serait sa signification en terme de potentiel de reproduction. Agrandir la photoPour qu´il y ait copulation il faut d´une part que les mâles produisent des spermatozoïdes et du sperme et d´autre part que les femelles développent des tubules capables de stocker le sperme (les ovules devenant matures ultérieurement). Si l´un ou l´autre de ces éléments est absent, la fertilisation ne peut pas avoir lieu même en cas de copulation. Une telle inadéquation a par exemple été notée chez des passereaux. En terme d´initiation de la reproduction, il est donc primordial de distinguer le caractère comportemental du caractère physiologique. Une étude menée sur plusieurs espèces de limicoles (voir Rivers et Briskie 2003), indique que chez les espèces migratrices au long court(a), la productivité de sperme et le développement de tubules de stockage ne sont pas effectifs pendant la migration, indiquant ainsi que ces individus ne sont pas en situation de reproduction active avant leur arrivée sur les sites de reproduction. Agrandir la photoL´une des hypothèses, est que l´investissement énergétique et nutritionnel pour le vol migratoire est privilégié par rapport à la reproduction. Chez les migrateurs de courte distance (b), la production de sperme est observée dans près de 100% des cas mais la présence de sperme dans les tubules de stockage n´est constatée que dans 33% des femelles. Bien que des copulations puissent avoir lieu pendant la migration de retour, ce comportement serait davantage un épiphénomène lié à la croissance de l´appareil génital et non à une réelle capacité de fertilisation. Ceci montre qu´il faut être prudent quant à la caractérisation de la reproduction active sur la base d´un comportement de copulation ou de la fonctionnalité des organes génitaux de l´un des deux sexes. Ceci ouvre également de nouvelles perspectives de recherches pour mieux définir les périodes de reproduction. M.B. a : Calidris alba, Calidris pusilla, Calidris mauri, Calidris minutilla, Calidris fuscicollis, Calidris Bairdii, Calidris himantopus, Limnodromus scolopaceus. b : Charadrius vociferus, Recurvirostra americana, Phalaropus tricolor. Réalisation naturaconst@ tous droits réservés

Dernière modification de cet article le 08/02/2006 à 18h29